Analyse(s) : 23. Vue des monts Dome, prise de Riom

Histoire de  l'art (Annie Regond)

Dans sa notice, l’artiste précise que cette vue a été faite à midi, d’où l’absence d’ombre. Une petite étendue boisée et une vigne assurent le premier plan, alors que la partie septentrionale de la chaîne des Dômes, marquée à droite par le puy Chopine et à gauche par le puy de Dôme se détache sur le ciel. Celui-ci occupe plus de la moitié de la composition, accentuant ainsi l’impression d’ampleur. Il est fort probable que, vue la grande longueur de la chaîne de montagnes représentée, Delécluze ait rassemblé sur une seule feuille plusieurs vues ponctuelles prises sur terrain à quelque distance les unes de autres.

Géologie/Géomorphologie (Pierre Boivin)

Comme le souligne l’auteur, ce paysage reprend les principaux traits de sa première planche. Quatre plans se succèdent horizontalement. Le premier évoque un jardin et peut-être de la vigne laissant à peine apparaître le village de Marsat et son château. Le second constitué de pentes fortes face à l’artiste, correspond à la Grande Faille de la Limagne. Elle limite le troisième plan, le Plateau des Dômes sub-horizontal et faiblement ondulé, surface d’érosion de la chaîne varisque. Il est dominé par les volcans de la Chaîne des Puys qui ferment l’horizon. Cette séquence plateau/faille/réhaussement/volcan est le trait géologique majeur et exceptionnel qui a justifié l’inscription du site Chaîne des Puys –Faille de Limagne au patrimoine mondial de l’UNESCO le 2 juillet 2018. Delécluze avait déjà ressenti l’originalité et la force de ce paysage. Derrière le village de Marsat, le revers de la faille est entaillé par le bassin versant du ruisseau de Lavaud.

Vie rurale (Mauricette Fournier)

Au centre de l'image, s’étend une vigne conduite sur échalas, également nommés paisseaux en français, peisiau en auvergnat, dont on devine les entrecroisements. Cette technique ancienne, déjà décrite par l'agronome Olivier de Serre qui parle de « vigne eslevée et soutenue par paisseaux et eschalats » consiste à utiliser des perches en bois de diverses essences (acacia, saule...) qui sont refendues et sur lesquelles sont attachés par un lien de paille ou d'osier les pieds de vigne puis leurs sarments pour les protéger des intempéries (vent, gel) tout en facilitant l'exposition des grappes au soleil.

Bien que cette parcelle de vigne soit située au centre de l'illustration, Delécluze ne fait pas mention de cette particularité dans son commentaire. Il est vrai, qu'il s'intéresse en général assez peu aux pratiques agricoles ou pastorales de la région visitée. Nous nous trouvons pourtant ici au cœur du vignoble brayaud, de très ancienne réputation, aux confins des terroirs des actuelles appellations Madargue (autour de Riom) et Châteaugay, le premier à bénéficier d'une appellation d'origine en 1929.

Le vignoble des Côtes d'Auvergne, développé dès l'époque gallo-romaine ainsi qu'en attestent les descriptions de Sidoine Apollinaire, doit beaucoup au volcanisme, non du fait de la nature des sols mais en raison du relief de coteaux, très favorable à la viticulture. Les sites viticoles se situent, comme on le devine ici, sur les versants sédimentaires dégagés par l'érosion mais dont les sommets ont été protégés par les coulées basaltiques. Ceci offre des situation d'abri favorables à la vigne, lui assurant notamment un démarrage précoce du cycle végétatif, d'autant que le secteur peut se prévaloir aussi d'étés chauds et de précipitations moyennes annuelles d'environ 600 millimètres.

A l'arrière plan la commune de Marsat, aujourd'hui très urbanisée, n'est pas concernée par le périmètre actuel de l'appellation d’origine contrôlée (AOC) Côtes d'Auvergne obtenue en 2011. En effet, le décret N° 2011-1379 du 25 octobre 2011 accorde l’AOC à seulement 53 communes (alors que le tribunal de Riom en avait, en 1932, reconnue 171 pouvant se prévaloir de terroirs authentiques des “vins d’Auvergne”).

Sources

- Aubert M., al. e., 1973. Notice explicative de la Carte Géologique de Clermont-Ferrand au 1/50 000 (n°693), BRGM, Orléans, 63 p.
 
- Boivin P., Couturié J.-P., Mercier-Batard F., Vidal N., 2013. La géologie des environs de Clermont-Ferrand. In La biodiversité dans la région clermontoise, Revue des Sciences Naturelles d' Auvergne, 77, 3-17.
 
- Boivin P., Besson J. C., Briot D., Deniel C., Gourgaud A., Labazuy P., Langlois E., Larouzière F.-D., de, Livet M., Médard E., Merciecca C., Mergoil J., Miallier D., Morel J.-M., Thouret Jean C., Vernet G., 2017. Volcanologie de la Chaîne des Puys. Carte au 1/25 000, format 120x90 cm, notice 200 p. 6e édit. Parc Naturel Régional des Volcans d'Auvergne. Montlosier
 
- Jeambrun M., Giot D., Bouiller R., Baudry D., Camus G., Guyonnaud G., Weecksteen G., 1973. Carte géologique détaillée de la France 1/50000. Feuille de Clermont-Ferrand (n° 693). 1ère édit. BRGM. Orléans
 
- Tanneau J. (ed), La vigne et le vin en Auvergne. Allier, Cantal, Haute-Loire, Puy-de-DômeChamina édition, collection Découverte Du Patrimoine, 2004, 143 p