Analyse(s) : 9. Vue generale des monts Dome et de Clermont-ferrand

Histoire de  l'art (Annie Regond)

Dès cette première vue, Delécluze montre sa capacité à représenter de vastes panoramas. Il organise l’espace sur trois plans. Le premier plan est composé de rochers sombres et rudes, que l’artiste dit avoir observés au sommet du Puy de Crouel. Le second plan est occupé par le bassin de Clermont, dont l’agglomération marque le centre, et dont seuls quelques détails, comme la cathédrale, sont nettement identifiables. Enfin, à l’arrière, se détachant en avant de légers nuages, la chaîne des Monts Dômes forme un troisième plan aux lignes douces, dont le Puy de Dôme occupe majestueusement le centre.

Géologie/Géomorphologie (Pierre Boivin)

La vue est en direction de l’ouest, le nord à droite et le sud à gauche.

Le paysage se décompose en 5 plans, correspondant à autant  d’entités géomorphologiques, horizontales, non limitées latéralement et sub-parallèles entre elles. Une sixième est perpendiculaire aux précédentes.

Le premier plan est constitué par les couches de pépérites (projections) redressées remplissant la cheminée du volcan de Crouël. Résistantes à l’érosion, elles forment comme un rempart crénelé autour du sommet.

Le second plan, en dépression, est la plaine de la Limagne. Il s’agit d’un fossé d’effondrement rempli de sédiments et en cours de dégagement par l’érosion.

Le troisième plan est principalement constitué par un fort abrupt, tourné vers l’observateur. Sa pente trop élevée interdit la mise en place de culture et, de ce fait, il apparaît lisse. Ce plan correspond à la Grande Faille de Limagne qui a guidé l’effondrement de la Limagne. Le coté exposé est constitué de granite résistant à l’érosion.

De petites collines plus ou moins coniques, aux pentes plus douces, occupent la base de l’abrupt et en réduisent la hauteur. Elles sont constituées de sédiments gréseux, plus résistants que les argiles et calcaires de la Limagne, et qui, de ce fait, n’ont pas été complètement enlevés par l’érosion. La colline de Montaudoux, à gauche, correspond à une cheminée volcaniques déchaussée, comme celle de Crouël où se trouve Delécluze.

La colline surbaissée, totalement occupée par la ville de Clermont, est analogue aux précédentes mais surélevée par l’anneau de projection  d’un volcan récent dont le cratère est juste au pied de la cathédrale, du côté opposé de la butte.

Le quatrième plan est constitué par une surface horizontale plus claire, qui couronne le 3ème plan. Cette surface est celle du « Plateau des Dômes » résultat du très ancien aplanissement du Massif Central. Cassé par l’effondrement du fossé de la Limagne, il était à l’origine à peu près au même niveau que le remplissage de sédiments. La surélévation de la région a provoqué la reprise de l’érosion et sa mise en relief.

Le cinquième plan forme la ligne d’horizon. C’est l’alignement des volcans de la Chaîne des Puys, dominés par le Puy de Dôme. Ils sont posés sur le Plateau des Dômes.

La sixième entité comprend les vallées très encaissées qui raccordent le Plateau des Dômes à la Plaine de la Limagne. Elles segmentent l’abrupt de la Grande Faille.

Remarques sur la description de Delécluze (Pierre Boivin)

Plusieurs éléments du relief signalés par Delécluze ne sont pas visibles sur son dessin. C’est le cas des Côtes de Clermont et du puy de Chanturgue qui s’amorcent sur la droite, ou du lointain Mont Dore, invisible à gauche. C’est surtout le cas du Nid de la Poule, cratère assez profond, caché au revers du Petit Puy de Dôme. Ces mentions témoignent sans doute de la présence d’un guide local averti, accompagnant Delécluze, et lui commentant le paysage avec force détails.